COOPARA : centralisation et hausse de la qualité vont de pair

La Côte d’Ivoire est le pays producteur de cacao par excellence. Depuis 2016, le TDC y soutient des organisations de producteurs de cacao.

La coopérative COOPARA a vu le jour en 2000, à 80 km au nord d’Abidjan. Cette organisation apporte son appui à 639 cacaoculteurs au niveau de la production, de la transformation et de la commercialisation de leur cacao. La COOPARA veut assurer l’avenir de la production en mettant fortement l’accent sur sa durabilité, car les problèmes rencontrés par les agriculteurs ne sont pas minces : des plants vieillissants, une qualité médiocre et des cacaoculteurs de moins en moins nombreux. Aussi, en collaboration avec le TDC, cette organisation a mis en place un projet pour améliorer la qualité du cacao et standardiser la production.

Les agriculteurs ont bénéficié non seulement d’une formation aux processus de fermentation, de séchage et de stockage des fèves de cacao, mais les différentes étapes sont à présent aussi centralisées. Un grand changement en somme. Trois projets pilotes y ont été lancés avec, pour résultat l’obtention de 70 % de cacao de Grade 1*. La COOPARA répond ainsi aux exigences posées par Nestlé pour pouvoir bénéficier de son programme de durabilité Cocoa Plan. En Belgique aussi, l’intérêt est bien présent. Le chocolatier belge Belvas, qui produit du chocolat équitable et bio, ne s’approvisionnait jusqu’à présent pas en Côte d’Ivoire, mais les efforts de la COOPARA pourraient bien changer la donne

* * Le cacao est classé en trois types commerciaux. Le cacao de grades 1 et 2 est exporté sous l’appellation commerciale « Good fermented : GF ». Le classement par grade est basé sur le pourcentage de fèves défectueuses – Source : Conseil Café-Cacao de Côte d’Ivoire.