Dans un quartier animé de la commune bruxelloise de Saint-Gilles, la boutique Ozfair propose depuis 2008 une foule de produits équitables, respectueux de l’homme et de l’environnement. A côté des produits alimentaires, on y trouve des vêtements, des bijoux, des jouets, des articles de décoration, des cosmétiques, de la vaisselle, de la papeterie…
Bref, une caverne d’Ali Baba équitable en plein Bruxelles.

« L’idée de départ d’Ozfair, c’était de braquer les projecteurs sur les producteurs des pays du Sud et de leur redonner la place qu’ils méritent dans la chaîne globale du commerce, tout en promouvant également une consommation responsable. Pour cela, il nous semblait logique de proposer un maximum de produits différents, car le commerce équitable ne se limite pas à ses produits emblématiques. Nous voulions un endroit capable de montrer aux gens qu’il propose énormément de choix et de qualité ». Guérric Gautier est visiblement dans son élément au milieu de la boutique Ozfair, qu’il a fondée avec plusieurs amis en 2008.

Economiste de formation, il a travaillé à l’étranger pour Médecins sans frontières pendant plus de quinze ans, avant de poser ses valises à Bruxelles avec sa famille. « A un certain moment, j’ai voulu recréer un lien avec les pays du Sud. Lors de ma dernière mission pour MSF au Mali, j’avais déjà eu l’occasion de rencontrer quelques personnes qui essayaient d’accrocher le wagon du commerce équitable. J’avais trouvé leur démarche et leur motivation intéressantes, différentes de celles du commerce classique ».

La boutique Ozfair est la concrétisation de cette volonté. Elle est à la fois un endroit où une clientèle de quartier vient s’approvisionner en produits de consommation de tous les jours, et un sensationnel endroit de slow shopping, où il fait bon flâner et dénicher des surprises. « C’est vrai que nous proposons à une clientèle des environs des produits classiques tels que du chocolat, du café ou du riz, mais nous sommes également une enseigne où l’on vient pour acheter des cadeaux. On a tous plusieurs fois par an des cadeaux à faire », explique Guérric Gautier. Et ceux qui choisissent Ozfair achètent leurs cadeaux d’une manière différente. Ils veulent offrir des cadeaux équitables et originaux, à un prix tout à fait raisonnable.

Des fournisseurs inscrits dans la démarche
Aujourd’hui, environ 90% des articles et produits proposés dans la boutique Ozfair sont importés en Europe par des acteurs spécialisés dans les produits équitables. « Notre travail consiste donc à trouver des produits qui vont plaire à notre clientèle, mais aussi à vérifier que les fournisseurs s’inscrivent bien dans la démarche du commerce équitable. Il nous faut une filière qui soit garantie, et globalement, cela se passe vraiment très bien », affirme Guerric Gautier.

Les statuts d’Ozfair - une coopérative - prévoient de créer dès que possible des filières plus directes avec les pays du Sud, afin que la part de recettes destinée aux producteurs soit la plus grande possible. « Nous avons trois filières de ce type actuellement, avec le Mali, le Sénégal et le Laos. Je souhaiterais vraiment les développer, également pour avoir davantage de contacts directs avec le Sud, mais c’est extrêmement fastidieux ». Bon nombre de produits équitables disponibles dans la boutique sont également biologiques, mais Ozfair sélectionne d’abord un produit pour son caractère équitable. « Ensuite, s’il est bio, tant mieux, mais le cahier des charges du commerce équitable est plus exigeant aujourd’hui que celui du bio, raboté tel qu’il est », constate Guérric Gautier.

Dès le début, lui et ses amis coopérateurs ont imaginé de combiner la boutique – sorte de joyeux capharnaüm – avec une table d’hôte végétarienne et bio. « Le concept s’est un peu affiné depuis l’ouverture en 2008, mais il y a une constante dans notre démarche : nous devons toujours réaliser beaucoup de choses avec peu de moyens. Ce n’est pas toujours simple », explique Guérric Gautier. La localisation de la boutique, sur un axe avec beaucoup de passage, est un vrai coup de chance. L’opportunité de s’y installer s’est présentée grâce à l’aide d’un responsable d’Atrium à Saint-Gilles, qui a pris le projet à cœur. « Nous ne savions pas très bien où nous installer dans Bruxelles, et nous sommes arrivés dans un bon endroit, car le tissu socio-économique du quartier est porteur pour un projet comme le nôtre », explique Guérric Gautier.

Malgré cela, faire vivre la boutique est un combat de tous les jours. « Nous avons ouvert en mai 2008 et ce n’était pas le meilleur moment, car le premier domino de la crise est tombé en octobre de cette année. L’avantage, c’est que nous n’avons jamais connu la situation telle qu’elle était avant. Notre situation de référence, c’est déjà celle de la crise. On ne peut donc qu’espérer que la situation s’améliore ». Guérric Gautier sait pertinemment que ce n’est pas Ozfair qui le rendra riche, mais il assume son choix. « Avec le commerce équitable, on se met quelques boulets aux pieds : nos marges bénéficiaires sont nettement inférieures à celles de nos voisins, mais nous avons évidemment les mêmes charges, qu’elles soient salariales ou liées aux coûts fixes d’un magasin. »

Ozfair emploie aujourd’hui près de quatre personnes à temps plein. La boutique s’efforce de respecter les prix de vente conseillés et ne cherche pas à réaliser des marges importantes sur les produits et articles qui sont vendus. Sa table d’hôte ouvre plus de perspectives à cet égard. Depuis un an, Ozfair a également développé un projet de livraison à vélo de soupe équitable, biologique et végétarienne, qui s’adresse plutôt aux collectivités. « Si ce projet fonctionne, cela nous aiderait assez bien, car nous le gérons nous-mêmes de A à Z, avec une maîtrise des marges », résume Guerric Gautier.

Une goutte d’eau
Même s’il augmente lentement mais sûrement ses parts de marché, le commerce équitable reste marginal dans notre pays. Guerric Gautier est cependant fermement convaincu des bienfaits qu’il apporte. « En débutant Ozfair, je voulais explorer le domaine du commerce équitable, pour savoir s’il est réellement un levier de développement pour le Sud, à côté des coopérations traditionnelles, qu’elles soient institutionnelles ou humanitaires. Aujourd’hui, je constate que les petits producteurs du Sud bénéficient réellement du système du commerce équitable et qu’ils en retirent de réels avantages dans leur vie quotidienne. Ce n’est pas massif, mais c’est tangible, et c’est une satisfaction qui me touche beaucoup ».

Mais l’objectif d’Ozfair, c’est aussi de valoriser un comportement de consommation responsable chez nous. « Nous voulons promouvoir une démarche de consommation différente et à tout le moins montrer qu’elle est possible ».

Guerric Gautier et ses amis d’Ozfair sont bien conscients que leur boutique ne changera pas le monde. Mais les grandes causes ont parfois besoin d’une petite dose d’abnégation, voire d’utopisme ! « Il faut y croire, sur le principe des petits ruisseaux qui font les grandes rivières, et cela même si Ozfair n’est qu’une petite goutte dans cette rivière. Le concept de notre boutique est d’ailleurs relativement facile à dupliquer », conclut Guerric Gautier, comme une sorte d’appel du pied. Et c’est vrai : Ozfair mériterait tant de faire des petits !

Ozfair
9, rue Jean Volders - 1060 Bruxelles
02/534.67.00 - infoatozfair.be
www.ozfair.be