Oxfam Fair Trade Crafts

Des bénévoles de tous les Oxfam-Wereldwinkels* se rendent au centre de distribution d'Oxfam Fair Trade Crafts à Bierbeek (à proximité de Leuven) pour y choisir les produits qu'ils veulent vendre dans leur magasin. « J'adore travailler avec ces bénévoles qui, mus par un fantastique sentiment de fierté ou d'indignation, viennent passer leur temps libre ici, » nous confie le directeur Erik Devogelaere.

Oxfam Fair Trade développe, promeut et distribue des produits du Sud, principalement dans les Oxfam-Wereldwinkels en Flandre. Jusqu'il y a peu, vous ne pouviez vous adresser à Oxfam Fair Trade que pour des denrées alimentaires. Toutefois, depuis qu'il a repris les activités artisanales de Fair Trade Original en Belgique, Oxfam Fair Trade distribue à présent aussi des produits du Sud faits main. Vaisselle, bijoux, foulards, jouets et produits de soin : l'éventail est tout aussi étendu que diversifié.

Pour les bénévoles d'Oxfam-Wereldwinkels, il n'y a pas grand-chose qui change : depuis des années déjà, ils achetaient leurs produits non alimentaires au centre de distribution de Bierbeek. Par contre, en coulisse, les changements sont légion. « Auparavant, nous n'étions qu'un fournisseur ; maintenant, nous faisons partie intégrante du mouvement Oxfam-Wereldwinkels, » nous confie le directeur Erik Devogelaere.


Distribution

Pendant 30 ans, Erik Devogelaere a été à la tête de l’antenne belge de Fair Trade Original, une fondation et un distributeur néerlandais de produits issus du commerce équitable. « Fair Trade Original fait figure de véritable pionnier sur le plan du commerce équitable en Europe, » raconte Erik Devogelaere. Les débuts de cette fondation remontent à 1959 lorsqu'un groupe de jeunes idéalistes a créé le Comité S.O.S. (Steun Onderontwikkelde Streken) qui expédiait du lait en poudre aux enfants souffrant de malnutrition en Sicile.

L'organisation s'est professionnalisée et a pris l'appellation de SOS Wereldhandel. « SOS Wereldhandel et, par la suite, Fair Trade Original, a toujours joué le rôle d'importateur et de distributeur. Depuis 2015, Oxfam-Magasins du monde se charge de l'importation des produits. Et nous nous occupons de la distribution pour la Flandre. Nous avons notre mot à dire en ce qui concerne l'assortiment et nous nous efforçons, avec nos sept membres du personnel, de veiller à ce que le plus grand nombre possible de produits artisanaux soient vendus dans les Wereldwinkels. »


Produits de solidarité

Au centre de distribution de Bierbeek, de petits groupes de bénévoles d'Oxfam farfouillent dans les produits du Sud. « Les particuliers peuvent eux aussi venir faire leur shopping ici. Et l'on rencontre même des propriétaires de magasins design d'Anvers en train de fureter dans les rayons à la recherche de produits de recyclage, par exemple. Mais bon, les clients proviennent majoritairement des Oxfam-Wereldwinkels, » poursuit Erik Devogelaere. 

Outre les produits du Sud faits main, vous trouverez aussi chez Oxfam Fair Trade Crafts des produits de solidarité, comme des calendriers de 11.11.11 ou des bougies d'Amnesty International. « Chaque année, le Weredlwinkel moyen opte pour 300 à 400 références sur les 2.000 disponibles. Chaque Wereldwinkel décide s'il intègre ou non un produit à son assortiment. De notre côté, nous nous efforçons de les guider un peu dans leur choix en faisant la promotion de certains produits dans Fair, le magazine d'Oxfam-Wereldwinkels. »


Une multitude d'organisations partenaires

Les produits sont issus de différents types d'organisations du Sud. « Certains produits sont fabriqués par de grandes et solides ONG. Leur fonctionnement repose en partie sur le commerce équitable, mais elles font bien plus que simplement commercialiser des produits. L'organisation Tara en Inde est un bon exemple. Son action est centrée sur l'éducation et l'appui aux jeunes entrepreneurs, mais elle possède également des ateliers dans lesquels les femmes créent des bijoux. Tara commercialise ses produits en Inde, en Europe ainsi qu'en Amérique du Nord. »

D’autres produits proviennent d’entreprises, grandes ou petites. « L’idée de femmes cuisant leurs poteries sur un petit feu devant leur hutte a certes un petit côté romantique, mais si vous voulez de la poterie de qualité, il faut vous adresser à une entreprise sérieuse, satisfaisant de plus, cela va de soi, aux critères équitables, » poursuit Erik Devogelaere. « Il est plus difficile de décrire l’aspect équitable de produits artisanaux que de denrées alimentaires. Il existe bien entendu quelques critères applicables, comme la gestion d'entreprise, la participation du personnel et le respect de l’environnement. Mais le contexte joue lui aussi un rôle extrêmement important. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les mêmes critères s’appliquent tant au Rwanda qu’au Guatemala ou en Inde. 


Développement de produits

Selon Erik Devogelaere, ce qui fait des produits d’Oxfam Fair Trade Crafts des produits « équitables » est largement fonction des relations nouées avec le partenaire du Sud. « La relation que l’importateur noue avec ce partenaire repose sur la question suivante : ‘Que pouvons-nous nous apporter l’un l’autre au cours des prochaines années ?’ Il est demandé au partenaire de calculer ce que devrait coûter un produit, puis ce chiffre est analysé. Les organisations du Sud cherchent parfois tellement à vendre leurs produits qu’elles en arrivent à sous-estimer les coûts. D’autres grands acteurs, qui n’optent pas pour le commerce équitable, adoptent eux une attitude totalement différente. Ils demandent : ‘Pouvez-vous fabriquer ce produit pour cinquante centimes ?’ Et si le fabricant répond ‘Non’, ils continuent à chercher un autre qui acceptera de le produire à ce prix. »

« Toutes les organisations européennes qui s’occupent d’artisanat équitable investissent par ailleurs beaucoup d’énergie dans le développement de produits. Il existe bien entendu aussi des produits “de série”, comme nous les appelons. Il est dès lors possible d’y apporter quelques modifications mineures, comme demander à ce qu’une théière soit plus petite. Ou encore à ce que le motif floral imprimé sur un vase soit un peu moins criard. L’objectif est que les produits se vendent ici, une démarche pour laquelle certains partenaires ont besoin d’une solide assistance. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas le but que tout soit déterminé ici et que les fabricants du Sud soient de simples exécutants. Le développement des produits doit se faire de façon conjointe. »


Détachement

Pendant trente ans, Erik Devogelaere a occupé le poste de directeur de Fair Trade Original, tout en siégeant durant 25 ans au Conseil d’administration de Max Havelaar, devenu entretemps Fairtrade Belgium. « J’estime que nous avons réalisé énormément de choses pendant toutes ces années d’activité. Le commerce équitable est devenu un concept connu. Rétrospectivement, je suis donc extrêmement fier de ces réalisations. La première fois que j’ai vu des produits labellisés Fairtrade dans les rayons du supermarché, cela m’a rempli de joie. Les organisations commerciales alternatives ont toujours accueilli avec enthousiasme le label Fairtrade, mais elles commencent un peu à s’en détacher. Mais, bien entendu, le commerce équitable ne se résume pas aux produits portant le label. »

« Pour l’heure, Fairtrade Belgium mise fortement sur le volume, raison pour laquelle elle se lance dans l’aventure avec les grands acteurs du marché. Leur raisonnement est que, de la sorte, ils pourront réaliser quelque chose de significatif pour les paysans du Sud. Ils savent par ailleurs aussi quels dangers ils encourent. Et, sur ce plan, les organisations commerciales alternatives ne se sentent pas vraiment à l’aise. Elles prétendent que créer plus de débouchés pour les paysans ne change rien aux règles du jeu. C’est entre autres la raison pour laquelle Oxfam Fair Trade n’est plus titulaire de licence du label Fairtrade. Si je comprends le raisonnement de Fairtrade Belgium, je suis néanmoins convaincu que nous avons toujours besoin d’un mouvement de base doté d’un esprit critique. Et si le commerce équitable devait, en fin de compte, ne s’avérer être qu’une mode pour les grandes entreprises, le mouvement de base, lui, demeurera toujours, car il prend sa source dans son indignation face aux rapports commerciaux inéquitables et dans le besoin de fédérer la population autour de cette problématique. »

*L’équivalent néerlandophone des Magasins du monde-Oxfam.

 

Oxfam Fair Trade Crafts
Hoogstraat 35e
B-3360 Bierbeek
Tel. 016/46 14 44
craftsatoft.be

Crédits photos : Oxfam Fair Trade Crafts

* Nous utilisons le terme « Fairtrade » uniquement lorsque nous nous référons au label Fairtrade de Fairtrade Belgium (ex-Max Havelaar) ou à des ingrédients ou produits portant le label Fairtrade. Dans tous les autres cas, nous utilisons le terme « équitable ».