Le commerce équitable progresse nettement, se diversifie, et fait face à plusieurs défis !

Semaine du commerce équitable 2019 : 2-12 octobre
Communiqué de presse

En 2018, les produits labellisés Fairtrade ont montré une croissance de 24% sur le marché belge*. L’offre de produits équitables se diversifie également, quoique assez lentement. 
Parallèlement, le commerce équitable doit relever quelques défis. Les Belges sont davantage séduits par les produits locaux. Les jeunes accordent, quant à eux, de plus en plus d’importance à l’aspect écologique, qu’ils ne retrouvent pas suffisamment dans les produits équitables.
La Semaine du commerce équitable et son éventail d’activités veut convaincre les consommateurs que leurs actes d’achat comptent, qu’ils peuvent faire la différence pour réduire les inégalités, grâce à un commerce équitable.  Rendez-vous le 2 octobre !

Hausse du volume et de l’offre de produits équitables
Fort de la progression de 24 % pour les produits Fairtrade en 2018, le commerce équitable connaît une croissance spectaculaire. Une banane sur cinq vendues en Belgique est à présent certifiée Fairtrade. Les grandes entreprises et chaînes de supermarchés s’engagent aussi de plus en plus dans cette voie. Fait marquant, voire interpellant, le principal distributeur de produits équitables est en fait un hard-discounter, Aldi, avec 16 % de parts de marché des produits Fairtrade en 2018.

L’assortiment de produits équitables se diversifie, quoique pour l’instant de manière encore trop marginale. Sont venus récemment s’y ajouter des baskets, des vêtements « slow fashion » ou le Fairphone 3 qui combinent le volet équitable et l’aspect éthique. Les consommateurs demandent d’ailleurs implicitement d’étendre l’offre de produits équitables. 27% des Belges trouvent que l’offre de produits équitables est large et variée, contre 26% qui estiment le contraire, tandis que 27% donnent une réponse neutre et 19% se disent sans avis.**

Une évolution prend cependant plus d’ampleur, celle du commerce équitable de produits d’agriculteurs belges et européens. Les initiatives se multiplient. Un nouveau label du Collège des producteurs, « Prix juste producteurs » certifie différents produits locaux. Oxfam-Magasins du monde ou Ethiquable proposent, le premier de la bière, des paniers de légumes bio…, le second des confitures et du sirop de Liège. La BFTF, la Fédération belge du commerce équitable, intègre de plus en plus de brasseurs, d’agriculteurs et de plateformes de distribution en circuit court parmi ses membres. Sans oublier Fairebel, qui propose depuis 2009 du lait équitable. La démarche équitable s’applique donc dorénavant aux producteurs de chez nous, pour obtenir un modèle agricole durable, respectant les matières premières, les fermiers et les consommateurs.

Ce dernier y est d’ailleurs particulièrement favorable. Selon le baromètre 2018 du commerce équitable publié par le Trade for Development Centre, 62% des personnes vivant en Belgique trouvent que le commerce équitable devrait également concerner des produits d’agriculteurs belges ou européens. Les produits locaux jouissent d’une meilleure réputation aux yeux des Belges que les produits éthiques, biologiques, équitables ou encore écologiques, principalement grâce à leur rapport qualité-prix, leur crédibilité et leur impact présumé. 60 % des Belges pensent faire réellement la différence en optant pour des produits locaux, alors que ce pourcentage est inférieur à 50 % pour les autres types de produits.

Perspectives d’avenir

Le commerce équitable va avoir d’autres défis à relever. Lorsqu’ils sont interrogés sur la notion de consommation responsable, les Belges font principalement référence à l’achat de produits de saison (49%) et de produits locaux issus de circuits courts (39%), ou à la réduction des emballages/déchets (46%). Ils mentionnent moins souvent l’achat de produits équitables (15%) et écologiques (15%), ou de produits biologiques (9%) et éthiques (6%).

La question environnementale préoccupe trois Belges sur quatre et 70 % estiment qu’acheter des produits locaux est une bonne chose pour l’environnement, alors qu’ils ne sont que 25 % à le penser pour les produits équitables. Le commerce équitable exige le respect d'un certain nombre de critères écologiques, mais les consommateurs semblent ne pas le savoir suffisamment. Chez les jeunes – qui associent plus la consommation responsable avec son aspect écologique –, 15 % à peine sont d’avis que les produits équitables sont bons pour l’environnement.

Pour Jean Van Wetter, directeur d’Enabel, l’Agence belge de Développement : « Si le commerce équitable veut garder son rôle de pionnier, il faut que le secteur mise à l’avenir sur quelques moteurs essentiels : meilleure intégration de l’aspect local, garanties relatives à l’impact réel et – surtout pour les jeunes – un accent mis sur les aspects climatiques et environnementaux. »


Semaine du commerce équitable : 10 jours de découverte

Deux Belges sur trois estiment que notre mode de consommation et notre style de vie doivent changer, mais moins de la moitié d’entre eux (46 %) sont convaincus de l’impact de leur comportement d’achat sur l’environnement ou les conditions de vie des producteurs.

Du 2 au 12 octobre, de nombreuses activités sont organisées aux quatre coins de la Belgique pour faire (re)découvrir le commerce équitable et convaincre les consommateurs qu’ils peuvent réellement faire la différence à travers leurs achats : des ateliers sur la mode équitable, des débats sur le commerce équitable de produits locaux ou sur le salaire minimum vital, des ballades gourmandes, des concours de cuisines, des concerts… Ces évènements permettront aussi à des producteurs de trouver leur place dans cette campagne belge. Des femmes marocaines, qui créent des articles traditionnels vendus par l’organisation bruxelloise Femimain, organiseront des ateliers sur leur artisanat. Un cacaoculteur ivoirien échangera son expérience avec des agriculteurs locaux d’Anderlecht. Quant à une délégation de producteurs sri-lankais équitables et bio, elle sera chez nous en octobre pour y nouer des contacts avec des organisations et entreprises belges de commerce équitable.

---

Cliquez sur www.semaineducommerceequitable.be pour consulter :

- les résultats complets de l’enquête d’opinion auprès des Belges sur la consommation responsable ;
- un calendrier de toutes les activités au programme de la campagne ;
- des fiches thématiques consacrées aux différents aspects/produits du commerce équitable et éthique : baskets éthiques, Fair fashion et slow fashion, Fairphone 3 et Commerce équitable et agriculteurs belges, européens

____________________________________

Pays du commerce équitable : les critères

D’ici à 2020 : 
• 95 % des Belges auront déjà entendu parler du commerce équitable. En 2018 : 90 %
• Chaque Belge achètera pour environ 15 euros de produits équitables par an. En 2017 : 13,57 euros
• Toutes les grandes chaînes de supermarchés belges offriront des produits équitables. Situation actuelle : objectif atteint
• 51 % des communes belges seront des communes équitables. 42 % actuellement
• Plus de la moitié des provinces belges seront des provinces équitables. 5 actuellement
• 80 % des parlements/ministères fédéraux, régionaux et communautaires achèteront au moins 2 produits équitables.
• Le commerce équitable sera mentionné 600 fois dans la presse. 887 actuellement


La Semaine du commerce équitable est une initiative du Trade for Development Centre d’Enabel, l’Agence belge de développement. Il collabore pour ce faire avec les principales organisations du secteur : Oxfam-Wereldwinkels, Oxfam-Magasins du monde, Fairtrade Belgium, FairTradeGemeenten - Communes du commerce équitable et la Belgian Fair Trade Federation.
 

*Fairtrade Belgium
** Sauf mention contraire, les chiffres repris dans ce communiqué proviennent de l’enquête d’opinion sur la consommation responsable réalisée de juillet à septembre 2019 par IVOX pour le compte du TDC.