« Choisir notre manière de consommer est un acte politique »

Saviez-vous que la Province de Luxembourg est la première de Wallonie à avoir décroché le titre de « Province du commerce équitable » ? Les coulisses de cette réussite…

« Si tu peux le rêver, tu peux le faire », affirmait Walt Disney. Une citation que peut reprendre à son compte l’équipe de la Plateforme du Commerce Équitable en Province du Luxembourg ! Ce petit groupe d’acteurs, constitué en 2012 en vue de promouvoir un commerce plus juste et solidaire ainsi qu’une consommation responsable dans cette région de l’extrême sud du pays, a remporté en 2018 le titre de « Province du commerce équitable ». Une première en Wallonie ! Deux représentantes de l’équipe – Marie-Pascale Delogne, chargée de projet à la Cellule Développement Durable de la Province de Luxembourg, et Ingrid Poncelet, chargée de communication au centre polyvalent de compétences la Halle de Han – reviennent sur les étapes-clés de cette success story.

Remise de titre en présence des principaux membres de la Plateforme. Ingrid Poncelet et Marie-Pascale Delogne respectivement 1ère et 3ème à gauche.

1. Constituer une équipe impliquée et polyvalente
Marie-Pascale Delogne et Ingrid Poncelet : « Au sein de la Plateforme du Commerce Équitable (CE) en Province de Luxembourg, nous formons une bonne équipe. Nous venons d’horizons divers, nous nous réunissons tous les trois mois, toujours dans la bonne humeur. Pas besoin d’être ultra nombreux dans un Comité de pilotage. Avec un noyau dur de 4-5 personnes qui se complètent et s’impliquent vraiment, on peut stimuler la créativité, mobiliser, réseauter, faire avancer un projet ».

2. Structurer sa démarche intelligemment
M.-P. D. et I. P. : « Avantage lorsque l’on désire candidater pour le titre de « Commune » ou de « Province du CE » : le chemin est balisé. Les critères à remplir ou démarches à accomplir auprès des différentes parties prenantes constituent une excellente méthodologie. La Semaine du CE est l’outil parfait pour sensibiliser les forces vives d’un territoire et communiquer sur le sujet. L’an dernier, nous avons ainsi pu donner un coup de projecteur à quelque 80 initiatives, réparties dans 25 communes, allant de la table ronde autour de l’intégration de produits équitables dans sa pratique professionnelle à la découverte de jeux de société basés sur la coopération, en passant par un concours Top chef équitable, un repair café, ou encore diverses projections de documentaires ».

Rencontre organisée à l'attention des communes à Paliseul.

3. Être convaincant et force de propositions
M.-P. D. et I. P. : « Pour les citoyens, les entrepreneurs, les autorités communales, les responsables de cantines…, le commerce équitable est rarement une priorité. À nous de les convaincre de ne pas l’envisager comme une cause de plus à défendre mais plutôt comme un critère inhérent à toutes les actions à mener. Le commerce équitable ne se limite pas à la vente de produits labellisés. La démarche– qui s’inscrit dans les objectifs de développement durable – a des répercussions en matière d’économie, de droits sociaux, de santé, d’environnement… Les enjeux soulevés concernent l’accès au travail pour tous, les conditions de production, la juste rémunération, l’impact écologique, l’alimentation durable... Choisir notre manière de consommer est un acte politique. Manger équitable, se vêtir équitable, c’est voter pour une vie meilleure, pour tous, ici et ailleurs. Un de nos messages, c’est « agir local et penser global » parce que tout est lié. Crucial également : poser des gestes solidaires vis-à-vis du Sud sans oublier les producteurs locaux ; d’autant qu’ils partagent une série de valeurs et de préoccupations. Pour embarquer les différents acteurs dans la défense du Fair Trade, il faut constamment être force de propositions : monter des événements originaux, concevoir des campagnes thématiques qui rencontrent les réflexions et centres d’intérêt des gens, se renouveler pour donner envie à ceux qui ne sont pas encore à bord du train de se lancer dans l’aventure ».

4.  Identifier les bons appuis et relais
M.-P. D. et I. P. : « Notre province compte pas moins de 44 communes réparties sur 4.440 km2. L’équipe de la Plateforme ne peut pas être présente partout pour mener ces actions de lobbying. D’où la nécessité de pouvoir compter à la fois sur des appuis politiques et des partenaires locaux ! Des groupes de citoyens, par exemple, des associations ou des agences de développement local. Ces dernières nous ont été d’une précieuse aide pour implanter la dynamique équitable au sein de certaines communes. Multiplier les relais de terrain permet de cibler différents publics via différents messages. Le rôle de la Plateforme est de stimuler les communes, de leur servir d’appui, d’offrir une caisse de résonnance à leurs initiatives, mais à chacune de s’approprier la démarche de CE ».

Visite à Bruges d'une délégation de la Plateforme Commerce équitable en Province de Luxembourg

5. S’ouvrir aux autres et échanger les bonnes pratiques
M.-P. D. et I. P. : « Chercher à développer le CE au Nord comme au Sud passe forcément par l’ouverture aux autres, la rencontre, l’échange. Avec le grand public, entre producteurs, mais aussi entre défenseurs du CE. C’est ainsi qu’en 2018, l’équipe de la Plateforme, accompagnée de représentants de communes et de chocolatiers, est partie à Bruges, première ville au monde à avoir lancé sa tablette de chocolat équitable (https://www.befair.be/fr/content/bruges-lance-son-propre-chocolat-quitable). L’occasion de piocher de bonnes idées… La ville proposait, en effet, une balade équitable passant chez les chocolatiers. À présent, on peut aussi trouver à l’Office du Tourisme d’Arlon, une carte des commerces équitables. Et, à terme, on aimerait proposer notre site internet un catalogue des produits équitables disponibles sur le territoire. Se fixer des objectifs permet de (se voir) progresser. Être une « Province du Commerce Équitable » nous donne un but ainsi qu’une reconnaissance des efforts accomplis depuis 2012. Sur les 44 communes concernées, 25 sont aujourd’hui impliquées dans la démarche, parmi lesquelles 13 ont reçu le titre de « Commune du Commerce Équitable ». On ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Nous allons poursuivre nos actions ici… et pourquoi, pas aussi, en initier là-bas. La Province de Luxembourg étant jumelée avec un département au Bénin, établir des partenariats avec des coopératives locales prendrait tout son sens ».


Envie d’en savoir plus sur la Plateforme du Commerce Équitable en Province de Luxembourg : www.luxembourgequitable.be