Sénégal : l'ONG des Villageois de Ndem

Au milieu des années 1980, la région de Djourbel au Nord-Ouest du Sénégal traverse une crise majeure liée à la détérioration des conditions climatiques et économiques qui entraine un exode rural important. La sécheresse empêche les paysans de cultiver leurs terres, les laissant sans ressources. Les hommes sont contraints de quitter femmes et enfants pour chercher du travail dans les grandes villes côtières.

C'est dans ce contexte particulièrement difficile que Babacar et Aïssa Cissé Mbow arrivent dans la région en 1984 après des années passées en France. A leur retour, ils ne trouvent que "des villages qui s'éteignent, vidés de leurs populations qui, poussées par les conditions de vie devenues trop rudes, ont migré vers les centres urbains du pays" (1) . Il n’y a presque plus rien dans le village, quelques maisons, des femmes et des enfants vivant dans la misère. Tous les hommes étaient partis travailler à Dakar (2).

En mobilisant les communautés villageoises, le jeune couple franco-sénégalais initie la mise en place dans le village de projets collectifs destinés à améliorer les conditions de vie des populations locales et à leur permettre de profiter de leurs terres en créant des emplois et des services sociaux de base. La priorité est donnée à l'éducation, à la santé et à l'accès à l'eau potable (3).

Ainsi nait en 1985 l'Association des Villageois de N'Dem (AVN) dont le projet de développement s'inscrit dans le cadre d'une recherche spirituelle héritée des traditions sénégalaises, ainsi que l'explique son fondateur et président, Babacar Mbow : "Notre religion (le courant Baye Fall) prône des valeurs de tolérance, de travail, de respect et nous a guidés dans nos actions. Nous avons constitué cette communauté autour de ces croyances et de ces valeurs, et elles sont le moteur de l’association, elles nous ont permis d’avancer malgré les conditions difficiles" (4).

Après des années d'efforts, un premier forage permet enfin aux villageois d'accéder à l'eau potable en 1996, libérant ainsi des gains de temps et de travail importants grâce auxquels les hommes et les femmes du village peuvent s'investir dans de nouvelles activités.

Les actions de l'Association des Villageois de N'Dem, devenue ONG en 2006, s'intègrent dans le cadre d'un projet de développement intégré et structuré autour d'un objectif global : permettre aux populations de retrouver, localement, des conditions de vie satisfaisantes et freiner ainsi l'exode.

Pour atteindre cet objectif, sept grands pôles d'action ont été mis en place (5) :


L'accès à l'eau : Dès le début, l'association s'est fixée pour objectif de parvenir à alimenter durablement les villages de la zone en eau potable. Aujourd'hui, 2 forages alimentent 11 villages et permettent l'irrigation de champs collectifs en saison sèche.

La santé : Dans cette région pauvre, l'accès aux soins de base a vite été considéré comme une priorité. Au fur et à mesure des années, les infrastructures et les équipes nécessaires à la surveillance et aux soins des populations ont pu être mises en place. Ainsi, un dispensaire et une maternité ont été créés et des campagnes de santé publique sont régulièrement menées sur le terrain. L'ONG a en projet la mise en place d'une mutuelle pour diminuer encore les frais de santé des villageois.

L'éducation : Considérée comme un moyen essentiel pour freiner l'exode rural et générer des activités économiques, l'éducation est un domaine dans lequel l'Association des Villageois de N'Dem a beaucoup investi en créant des classes allant de la maternelle à la fin du primaire. Durant les premières années, ce furent des enseignants bénévoles qui donnèrent cours, remplacés depuis peu par des instituteurs d'état.

La production agricole : Très vite, les forages réalisés pour accéder à l'eau potable ont permis de développer et de diversifier la production agricole dans les villages de la région de N'Dem. Aujourd'hui, les infrastructures mises en place permettent non seulement d'assurer la subsistance des populations mais ils constituent aussi une source de revenus supplémentaires pour les villageois.

Le microcrédit : De manière à encourager la création d'activités économiques nouvelles, l'Association des Villageois de N'Dem s'est dotée de fonds pour constituer une caisse d'épargne grâce à laquelle des microcrédits peuvent être proposés aux villageois.

L'énergie alternative : Pour freiner le déboisement, les responsables de l'ONG ont mis en place un projet innovant, le projet "Bioterre" pour fabriquer un nouveau type de combustible écologique composé d'argile naturel et de résidus de coques (cf. page XX).

La création d'emplois : Le projet global de l'Association des Villageois de N'Dem a clairement pour finalité le développement économique et social du territoire, ce qui implique la création d'activités génératrices d'emplois. C'est ainsi qu'a été créé le Centre des Métiers de N'Dem qui regroupe une douzaine d'ateliers artisanaux où sont fabriqués plus de 400 types de produits. Cette entreprise sociale permet à près de 300 artisans et salariés de travailler à N'Dem et dans les environs en bénéficiant de rémunérations suffisantes pour vivre dans de bonnes conditions et bénéficier des services mis en place dans le cadre des autres axes du projet.

 

Les deux principales filières d'activité sont aujourd'hui l'artisanat et le textile. La filière textile comprend des ateliers de tissage, de teinture, de confection de vêtements, de confection d’accessoires et de confection pour ameublement (draps, nappes, …).

La filière artisanat regroupes les ateliers du cuir, du métal et de la récupération, de la vannerie, de la calebasse et bois, des figurines, des colliers et des poteries. Il intègre également la réalisation de broderies et patchworks. La majorité des artisans travaille dans la filière textile et dans la vannerie et près de 60% des artisans sont des femmes.

Le Centre des Métiers situé à N'Dem regroupe tous les ateliers sauf ceux de poterie et vannerie qui permettent aux femmes des villages plus éloignés de travailler chez elles.

"La notion de solidarité est une valeur importante mais les rapports commerciaux doivent être complétés par des échanges culturels et spirituels, car c’est ce qui fait la richesse et l’intérêt des échanges internationaux". Babacar Mbow, fondateur et président de l'ONG Association des Villageois de N'Dem (6)

Une part significative de la production de l'Association des Villageois de N'Dem est vendue sur les marchés du commerce équitable grâce à l'organisation Artisans du Monde dont les responsables ont découvert l'ONG sénégalaise par leur boutique parisienne où travaillait la mère d'Aïssa Cissé Mbow. Au milieu des années 1990, séduits par le projet et le volontarisme des dirigeants de l'association sénégalaise, ils leurs proposent d'intégrer le circuit Artisans du Monde.

Aujourd'hui Vice-présidente de l'Association des Villageois de N'Dem, Aïssa se souvient : "Nous avions choisi de faire travailler les artisans dans de bonnes conditions de rémunération, dans le cadre d'un projet concerté pour atteindre nos objectifs initiaux. Nous ne savions pas que nous faisions du commerce équitable. On est venu nous le dire !"(7)

Si les commandes d'Artisans du Monde et, en Belgique, d’Oxfam-Magasins du monde contribuent effectivement à sécuriser l'emploi dans les filières artisanales et textiles, elles ne sont pas considérées comme une voie exclusive par les responsables de l'association dont l'un des objectifs est de développer les ventes localement afin de ne pas dépendre entièrement du marché international.

Bien que parfaitement adaptées au filières du commerce équitable et conçues dans le respect le plus profond de ses valeurs, les productions de l'Association des Villageois de N'Dem ne sont pas certifiées. Les responsables ne souhaitent d'ailleurs pas particulièrement obtenir cette certification.


En savoir plus : http://www.ndem.org/

 

Extrait de la brochure du Trade for Development Centre "Le commerce équitable et durable au Sénégal", téléchargeable gratuitement sur le site Web du Trade for Development Centre.

 

Photo : atelier cuir de l’Association des Villageois de N’Dem. Crédit : Fédération Artisans du Monde, David Erhart.

--

 

1. Source : "Face à Face : Serigne Babacar Mbow, co-fondateur de l'ONG N'dem, Sénégal" - www.planete-responsable.com

2. Source : www.planete-responsable.com

4. Source : "Face à Face : Serigne Babacar Mbow, co-fondateur de l'ONG N'dem, Sénégal" - www.planete-responsable.com

5. Source : Idem.

6. Source : "Face à Face : Serigne Babacar Mbow, co-fondateur de l'ONG N'dem, Sénégal" - www.planete-responsable.com

7. Source : "Zoom sur : L’ONG N'Dem"- www.planete-responsable.com