S'abonner à flux Blogspot RSS - FR
Un blog du Trade for Development Centre
Mis à jour : il y a 7 min 9 sec

"Envoyé spécial" : Cacao, les enfants pris au piège

15 Janvier, 2019 - 09:53
Le travail des enfants dans les plantations a-t-il disparu, comme s'y est engagée l'industrie du chocolat en 2001 ? "Envoyé spécial" a enquêté en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao.



Regarder le reportage, une enquête de Paul Moreira et Pedro Brito Da Fonseca diffusée dans"Envoyé spécial" le 10 janvier 2019.

Partenariat stratégique entre Tony’s Chocolonely, Albert Heijn et Barry Callebaut pour mettre un terme au travail des enfants

16 Décembre, 2018 - 18:55
La société néerlandaise Tony’s Chocolonely, le distributeur Albert Heijn et le producteur de chocolat Barry Callebaut ont noué un partenariat stratégique afin de mettre un terme au travail des enfants et à l’esclavage moderne dans l’industrie du chocolat. Ensemble, ces entreprises établissent une nouvelle norme industrielle afin d’accroître la pression sur l’ensemble de l’industrie chocolatière et de susciter un changement structurel en faveur d’une chaîne du cacao répartie plus équitablement. 
Avec pour mission de faire du chocolat 100% libre de toute forme d’esclavage la norme du secteur, Tony’s Chocolonely a appelé les entreprises à suivre son exemple en matière d’approvisionnement en cacao, fondé sur des relations directes avec des coopératives de cacao ainsi que sur traçabilité du cacao et des revenus décents pour les producteurs de cacao. C'est pourquoi l’entreprise ouvre sa manière de travailler aux autres. Tony's Open Chain est la plateforme « Open Source » sur laquelle les fabricants de chocolat ont accès à toutes les connaissances et tous les outils nécessaires pour y parvenir, notamment le « Tony's Beantracker » ou le « Child Labour Monitoring and Remediation System », qui ont été introduits dans toutes les coopératives partenaires de Tony's Chocolonely. 
Albert Heijn, le plus grand distributeur des Pays-Bas, est le premier partenaire à rejoindre la plateforme ouverte de Tony. Barry Callebaut a rendu ce partenariat possible grâce à son expertise dans la transformation ce cacao spécifique en chocolat. « C’est étape majeure pour l’industrie du chocolat, et un pas important vers une production de chocolat durable comme la norme du secteur d’ici 2025 ,» déclare Antoine de Saint-Affrique, CEO de Barry Callebaut. «« C'est fantastique de s'associer avec le plus grand distributeur des Pays-Bas et une compagnie comme Tony’s Chocolonely s’étant engagé à produire du chocolat libre de tout forme d’esclavage, et nous sommes impatients d’étendre cette première réussite via notre expertise logistique. » 
Le partenariat entre Tony’s Chocolonely, Albert Heijn et Barry Callebaut prouvent que le chocolat peut être réalisé différemment à grande échelle et appelle les autres compagnies à les rejoindre. « Ensemble, nous avons plus d’impact. C'est pourquoi je suis très fier qu'Albert Heijn et Barry Callebaut se joignent à nous sur notre feuille de route pour un chocolat libre d'esclavage. Les bons exemples sont toujours suivis. À partir d'aujourd'hui, notre impact est plus large que simplement avec notre chocolat. Ensemble, nous fabriquons du chocolat 100% libre d'esclavage», a déclaré Henk Jan Beltman, Chief Chocolate Officer chez Tony's Chocolonely.
À partir de mars 2019, Albert Heijn proposera du chocolat Delicata avec un cacao traçable. Les fèves seront achetées à un prix plus élevé auprès des coopératives partenaires de Tony's Chocolonely, au Ghana et en Côte d'Ivoire. « Nous voulons faire la différence. C'est pourquoi nous trouvons important de contribuer structurellement à une vie meilleure pour les producteurs de cacao. Toutes les lettres et barres en chocolat Delicata d’Albert Heijn sont les premières à avoir été certifiées UTZ en 2010. Nous franchissons à présent une autre étape importante vers la mise en place d’une chaîne du cacao transparente et durable », a déclaré Henk van Harn, vice-président Strategic Sourcing d’Albert Heijn. « La recette et le goût de Delicata resteront inchangés. » Les trois parties ont dévoilé la nouvelle de leur partenariat aujourd’hui au Tony’s FAIR, la réunion annuelle de Tony’s Chocolonely à Amsterdam.  

Fairphone lève 7 millions d’euros pour fabriquer des smartphones éthiques

12 Décembre, 2018 - 11:50
Source : www.frenchweb.fr
Fondée en 2013 par Bas van Abel, Fairphone est une entreprise qui cherche à concevoir et produire des smartphones plus respectueux de l’environnement et répondant aux critères du commerce équitable. 

Lire l'article

Fairtrade relève de 20% son prix minimum au cacaoculteur

8 Décembre, 2018 - 15:15
Fairtrade International vient d'annoncer le relèvement de son prix minimum garantit pour les producteurs de cacao. Il passe de 2000 dollars la tonne à 2400 dollars. La prime de développement est également rehaussée de 20%. Elle sera de 240 dollars la tonne au lieu de 200. Quant au cacao bio Fairtrade, son prix sera supérieur de 300 dollars au prix du marché ou au prix minimum du commerce équitable.
Ces augmentations font suite à l'échec constaté par l'organisation elle-même : 77% des producteurs certifiés Fairtrade ne gagnent pas plus que le seuil de pauvreté.
Pour en savoir plus sur les raisons de ce revers et sur quelques pistes pour améliorer l'éthique dans le secteur, lisez l'article du TDC : "Le commerce équitable peine à sortir les producteurs de cacao de la pauvreté en Côte d’Ivoire."

Le Trade for Development Centre accompagne le réseau des producteurs d'ananas du Bénin en gestion d’entreprise

8 Décembre, 2018 - 08:58
Fort de 1.600 membres, le RéPAB (Réseau des producteurs d’ananas du Bénin) représente environ 20 % des producteurs d’ananas du pays. Depuis 2003, la coopérative a parcouru un sacré bout de chemin et elle possède aujourd’hui la double certification bio et équitable. Un tournant a été marqué en 2016, avec la signature d’un contrat avec une entreprise béninoise exportatrice de jus de fruits. Pour honorer ce contrat, le RéPAB a dû passer à la vitesse supérieure, entre autres sur le plan de la gestion de l’organisation.
Le premier module de coaching du TDC en business management a eu lieu fin 2017. Les premiers jours, celui-ci s’est focalisé sur le fonctionnement même de la coopérative. Suite, entre autres, à un incident qui venait de se produire, à savoir le refus d’un chargement d’ananas en raison d’un taux d’acidité trop élevé, un débat passionnant s’est ouvert sur les tâches et responsabilités des collaborateurs ainsi que sur l’organigramme de l’organisation. Les cadres se sont ensuite penchés sur les chiffres, notamment en vue d’une analyse des marges brutes et nettes, des recettes commerciales, des subsides et des frais fixes et variables. L’exercice a porté tant sur 2016 que sur 2017, et a débouché sur la conclusion que la marge que la coopérative facture à l’exportateur des jus de fruits ne suffit pas pour rémunérer tout le travail accompli et aboutir à un prix « équitable ».
« Voilà pourquoi nous avons changé de cap et que nous avons porté notre attention sur l’ensemble de la filière des ananas », explique Vincent De Grelle (Valmosan), le coach de ce trajet du TDC. « Car, sur les 6,5 € que le consommateur européen paie pour un litre de jus d’ananas biologique, le producteur béninois n’empoche que 0,25 €. La coopérative s’est ainsi rendu compte que ce ne serait pas une exigence déraisonnable que d’adapter les marges facturées à l’entreprise exportatrice des jus ou à d’autres acteurs visant le marché européen. » « Ce coaching est vraiment tombé à pic ! », conclut Damien Z. Kiki, le directeur du RéPAB. « Nous réalisons à présent, à ce moment crucial pour notre organisation, ce que cela signifie d’être rentable et concurrentiel. » 
Copyright Vincent De GrellePour en savoir plus sur le coaching en gestion d'entreprise du TDC

Oxfam Fair Trade mise sur les produits équitables « de chez nous »

6 Décembre, 2018 - 11:00
Oxfam Fair Trade remplace son jus de pomme par un jus de pomme belge 100 % frais, durable et équitable provenant de vergers en conversion à l’agriculture biologique.
• Jus de pomme 100 % belge sans eau ni sucres ajoutés 
• 100 % de fruits en conversion, ce qui signifie que le producteur applique pleinement les principes de l’agriculture biologique, en attendant d’obtenir la certification bio.

La frontière entre le Sud et le Nord s’estompe


Oxfam Fair Trade, importateur flamand de produits équitables, élargit son action aux producteurs locaux belges.  A l’instar de plusieurs organisations wallonnes* de commerce équitable, OFT veut agir face au constat que les systèmes alimentaires et commerciaux domestiques subissent également de plus en plus la pression de la mondialisation du marché. Suite, entre autres, à des « mégafusions », une poignée d’entreprises et de supermarchés ne cessent de s’agrandir et de gagner en puissance. Les agriculteurs risquent de ne plus s’en sortir financièrement, mis sous pression par les centrales d’achats.  À l’autre extrémité de la filière, les consommateurs se voient de plus en plus souvent poussés à s’orienter vers certains modes de consommation et d’alimentation.

Soutenir la conversion en donnant confiance aux agriculteurs


« Nous continuons à mettre l’accent sur nos relations avec les producteurs du Sud, mais nous nous ouvrons aussi davantage aux produits solidaires et durables du Nord, aux produits en circuit court. Cela crée de nouvelles opportunités de collaboration locale avec des producteurs de chez nous », nous confie Luc Van Haute, Directeur général chez Oxfam Fair Trade/Oxfam-Wereldwinkels.
En s’engageant à acheter ce jus de pomme belge, Oxfam Fair Trade contribue à donner le petit coup de pouce nécessaire aux agriculteurs qui veulent produire de façon plus écologique. Ceux-ci oseront peut-être ainsi prendre plus facilement le risque d’une conversion à l’agriculture bio. Le prix qu’Oxfam paie pour ce jus de pomme est un prix équitable, concerté avec les fruiticulteurs.
*En Wallonie, le commerce équitable local, domestique, est développé depuis quelques années. Voir à ce sujet le label « Prix juste producteur », la démarche Paysans du Nord chez Oxfam-Magasins du monde ou encore celle de la Belgian Fair Trade Federation.

SAMA : l'or équitable d'Ouganda

29 Novembre, 2018 - 16:06










Dans l’ouest de l’Ouganda, dans le district reculé de Busia, plus de 600 paysans s’efforcent d’arrondir leurs maigres revenus grâce à l’extraction de l’or. Un dur labeur dans des galeries minières creusées par les  paysans eux-mêmes et qui leur rapporte bien peu, car soumis à des courtiers peu scrupuleux. De surcroît, cette activité est extrêmement polluante.
Avec l'appui du TDC, SAMA, une organisation de mineurs, a pu améliorer sa gestion, développer des techniques de production plus durables (sans mercure) et améliorer son accès au marché.
En savoir plus

Premières journées commerciales des produits bio-équitables au Burkina Faso

27 Novembre, 2018 - 11:33
Source : le faso.net
"La première édition des Journées commerciales des produits bio-équitables s’est tenue à la Maison de la culture de Bobo-Dioulasso, du 22 au 24 novembre 2018, sous le patronage du ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Batio Bassière."
Lire l'article